L’or bleu de Provence

Un superbe « reportage » sur la lavande diffusé du lundi au vendredi en 5 épisodes sur la 2 à 13h ...

logo imprimer
Licence : CC by-nc-nd

Épisode 1/5 : Lavande adorée

L’été, le plateau de Valensole se couvre d’une couleur bleu violacé.
De ces champs, monte une forte senteur de foin parfumé. Celle de la lavande dans le bourdonnement des abeilles et le chant des cigales.
Au milieu de ces centaines d’hectares, le village de Valensole.

Sur la place, Lucien, producteur à la retraite ne cache pas sa fierté. La lavande, ici, c’est une affaire de famille.
Lucien dirigeait l’une des plus grandes exploitations du plateau, c’est son fils Jean qui a pris la relève. Il n’a jamais hésité une seconde sur son avenir.

Chez Richard et Cathie, la lavande est aussi ancrée depuis des générations. La place de Richard n’est pas dans la boutique, mais dans les champs, au contact de sa lavande adorée. Des touristes, il en débarque 1 000 à 2000 par jour pendant la haute saison pour admirer ces paysages.

Épisode 2/5 : Lune de miel

Brigitte, graphiste et photographe d’origine allemande, est tombée amoureuse de la Provence, où elle vit depuis vingt ans.
Elle aime la lumière du matin. L’important est de trouver le bon angle.

Mais il y a surtout des photographes amateurs, des Chinois, tellement excités à la vue du premier champ de lavande qu’ils provoquent parfois des accidents. La gendarmerie est à cran, elle ne tolère pas un accrochage.
Les Chinoises sont concentrées sur leurs photos. Toutes posent avec plus ou moins de bonheur pour imiter leur star, l’héroïne d’une série chinoise vue par 200 millions de téléspectateurs.
C’est l’histoire d’une lune de miel en France où la lavande joue un rôle essentiel. Et elles savent toutes que c’est justement dans ce champ que la série a été tournée, c’est ainsi que le village de Valensole s’est retrouvé au centre du monde.

Épisode 3/5 : Machine ultra-performante

Chez les Gradian, c’est le jour tant attendu, mais non sans appréhension de la récolte de lavande sur le plateau de Valensole (Alpes-de-Haute-Provence).
Le jour où l’on ressort la vieille coupeuse de 1973. Révolutionnaire à l’époque, car en plus de couper la lavande, elle ficelle en fagots.
Mais c’est une vieille dame fragile. Fuites et problèmes de ficelles vite réglés et c’est reparti. Les Gradian sont attachés à un principe ancien, laisser les fagots séchés deux jours dans le champ avant distillation.

Dans le monde de la lavande alors que l’un reste attaché au travail à l’ancienne, l’autre, Jean Angelvin, passe deux ans sur la mise au point d’une machine ultra-performante, qu’il est fier de nous présenter.
Elle coupe quatre rangées de lavande en une seule passe. Elle récolte 20 hectares par jour, sept fois plus qu’une coupeuse traditionnelle.
Ici, la lavande est récoltée directement dans des caissons pour aller immédiatement à la distillerie.

Épisode 4/5 : Cousin hybride

Gros succès des produits à base de lavande dans ce magasin d’entreprise à Manosque (Alpes-de-Haute-Provence).
Pour les Chinois, la Provence est devenue aussi incontournable que les Champs-Elysées.
La folie de l’or bleu n’a pas de frontière. Derrière ce magasin, il suffit de pousser une porte pour découvrir la plus grande usine française de produits de cosmétiques à base de lavande fine.
La concurrence n’inquiète pas le directeur de cette entreprise tournée vers l’exportation.

L’entreprise produit chaque année trois millions de cosmétiques à base de lavande.
L’approvisionnement en huile essentielle est contrôlé par des spécialistes. Jean-Charles est heureux de travailler dans ce qu’il appelle son bureau itinérant.
Nous sommes sur le plateau d’Albion à 800 mètres d’altitude. Jean-Charles fait affaire depuis dix ans avec Philippe, producteur de lavande fine.

Il tient à préciser d’emblée que cette lavande n’a rien à voir avec le lavandin, cousin hybride de la lavande fine, qui pousse sur le plateau de Valensole.

Épisode 5/5 : Les champs de lavande font vivre les producteurs de Provence

La lavande la plus fine et la plus recherchée pousse au-dessus de 600 m d’altitudes.

En Provence, les effluves de la lavande arrivent jusqu’à Grasse, la ville aux 50 parfumeurs. Chez Fragonard, c’est avec des moyens hautement sophistiqués que le responsable de qualité fait son travail : il vérifie la présence dans les flacons d’huiles essentielles d’un alcool typique de la lavande , le linalol.

Le succès de la lavande fait vivre les producteurs de Provence car la lavande se sent, mais se goûte aussi.
Les champs de lavande sont également une attraction pour les touristes chinoises qui viennent en nombre poser devant ce spectacle de Provence.


pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs puce

2009-2018 © La Farledo Objectif Club - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.26